Mercure national et étranger (1791)

Titres alternatifs

Mercure national et étranger, ou Journal politique de l'Europe

Notes

Par Louise Robert, Pierre-François Robert et P. M. H. Lebrun.
"Un nouveau journal sous le titre de Mercure national et étranger vient de paraître; il est formé de la réunion du Journal général de l'Europe et du Mercure national [et Révolutions de l'Europe], et fait la sensation que la plume de M. Lebrun, son auteur, est assurée de produire. Il maltraite égalmeent e cabinet de Berlin et les ministres de la cour de Veinne" (Journal politique, 1er mai 1791, p. 62)
"Louise de Kéralio-Robert (1756-1822)  s’inscrit dans l’avant-garde révolutionnaire : républicanisme dès 1790, lutte contre les Girondins en 92, intégration des femmes, par la cocarde, dans la société politique en 93. Si on y cherche le rôle assigné aux femmes, on y trouve l’affirmation d’une nature féminine spécifique et potentiellement dangereuse, l’assignation à la sphère domestique, le refus de tout droit politique, l’obsession du contrôle moral. Pionnière de l’activité politique féminine, Louise de Kéralio est aussi une pionnière du républicanisme sexiste." (A. Geffroy)
À partir de 1789, elle avait déjà publié :