Aller au contenu principal

Gardien de la Constitution (1795-1796)

Notes: 

par Jollivet dit Baralère.
Relié avec le Messager du soir.
"Jolivet, dit Baralere, dont le courage et les talents ont si heureusement servi à consolider la révolution du 9 thermidor et à terrasser le lion des jacobins, vient de reprendre la plume. Son journal jadis si redouté des anarchistes, sous le nom d'Ami de la Constitution [Ami de la Convention], portera désormais le titre de Gardien de la Constitution. Nous nous bornerons à extraire aujourd'hui les morceaux les plus intéressants de sa correspondance" (Gazette générale de l'Europe, 27 décembre 1795)
Jollivet-Barallère, Teulières : frappés de déportation comme "propriétaires, entrepreneurs, directeurs, auteurs ou rédacteurs" du Journal général de France ou Gardien de la Constitution, par arrêté du 12 fructidor an VII.

Numéros pour Gardien de la Constitution (1795-1796)

Annéeicone de tri Mois Tome Lieu d'édition URL
Notes 1795 décembre n°1-2 Princeton (Hathi)
Notes 1796 janvier-novembre n°19, 105, 315, 318, 322 Princeton (Hathi)