Aller au contenu principal

J89162

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 228-230
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur   


 

Numéro

162

Type

RC

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Année fin

1792

Titre

REVOLUTIONS/ DE FRANCE/ ET DE BRABANT

Modification(s) du Titre

le titre des couvertures conservées dans l’exemplaire BN ajoute: Et des Royaumes qui, demandant une Assemblée Nationale et arborant la cocarde, méritent une place dans ces fastes de la liberté; sur les couvertures, voir la fin de cette notice.

Epigraphe

Quid novi? (sur les couvertures).

Dates extrêmes

28 novembre 1789-10 décembre 1792.

Prospectus

4 pages, sans date, imprimeur: L. Jorry; BN 8° Lc2 288 en contient trois exemplaires, dont deux différents.

Périodicité annoncée

hebdomadaire (tous les samedis).

Périodicité réelle

idem.

Collection en 1789

n° 1-5 (28 nov.-26 déc.).

Collection

1° série, 8 vol., 104 numéros (28 nov. 1789-12 déc. 1791); 2° série, 55 numéros (oct.-déc. 1792).

Pagination

continue (numéros de 43 à 51 pages, en général 47).

Dimensions

140x215 mm.

Nombre de pages du cahier

8 p.

Format

in-8°.

Signatures

continues (A4 etc.).

Illustrations

des gravures, le plus souvent satiriques, apparaissent en tête de numéro à partir du n° 3. Tourneux (n° 10379) en a dressé la liste. Voir J. R. Censer, "The political engravings of the Révolutions de France et de Brabant, to 1791" (Eighteenth-Century Life, vol 5, n° 4, 1979, p. 105-124).

Editeur(s)

Garnéry, libraire. A Marseille, chez Massy (ajouté sur la couverture à partir du n° 4, 19 déc.).

Imprimeur(s)

L. Jorry.

Souscription

6 l. 15 s./ 3 mois pour Paris, 7 l. 10 s./ 3 mois pour la province. Chez Garnery et chez les Directeurs des Postes et principaux libraires de France (Prospectus).

Contenu annoncé

trois sections: France; Brabant et autres Royaumes "arborant la cocarde et demandant une assemblée nationale"; Variétés, "afin de reculer le plus qu’il est possible les frontières de notre empire censorial": tout ce qui pique la curiosité, "anecdotes du jour" et "réflexions de la veille", tous les livres, tous les théâtres, tous les corps "seront soumis à notre revue hebdomadaire". Appel à envoyer des faits intéressants, des vues utiles, des dénonciations (Prospectus).

Contenu réel

les rubriques correspondent à l’annonce du prospectus. Le contenu en est en général très fragmentaire. Les Variétés sont consacrées presque entièrement, dans les numéros 1-3, à une Réponse à M. Mounier; sur son exposé apologétique. Quelques comptes rendus de brochures. Parfois, une rubrique Gravure, ou Londres. A la demande d’abonnés, Desmoulins insère les décrets de l’Assemblée Nationale en fin de livraison à partir du n° 2.

Formes du discours

malgré sa prétention à donner des nouvelles fraîches (Quid novi?), le journal contient relativement peu d’informations (Desmoulins se dit lui-même un "messager boîteux", n° 6, p. 262). Il a la forme d’une revue libre et sélective: quelques événements, anecdotes ou débats de l’Assemblée Nationale sont transformés en des scènes volontiers comiques, ou sont le prétexte d’un commentaire mordant ou enthousiaste. L’exhibition du "je" du journaliste, sa verve unifient cette matière discontinue. Il joue particulièrement de l’application ingénieuse, de la citation des auteurs antiques, de la Bible; sa prose vise constamment à l’effet. Il pratique, plus que tout autre, le journalisme d’auteur.

Orientation idéologique

Desmoulins répète souvent qu’il exerce une fonction de "censure"; contre La Harpe, il fait l’apologie de la délation (n° 5). Il se complaît dans la satire personnelle et comique; mais ses positions politiques sont radicales et vigoureuses: il s’élève avec passion contre le marc d’argent, critique violemment Mounier, conteste la composition de l’Assemblée Nationale (où la noblesse et le clergé ne devraient avoir que quinze représentants), exalte les "bons patriotes", la révolution des peuples contre les souverains, fustige la droite et les "calotins", revendique le pouvoir législatif des districts. Mais ses appels à la justice du peuple, à la "loi du talion" (contre les lois électorales, n° 3) sont assortis de prudentes réticences; il fait l’éloge de La Fayette et respecte Bailly malgré ses erreurs (n° 6).

Historique

BN 8° Lc2 288 conserve les couvertures des livraisons, en papier bleu. Elles doivent cependant être examinées de près. La première de couverture des numéros 1 et 2 est semblable à celles qui apparaissent en janvier: absence d’encadrement de filets doubles, à partir du n° 7 (9 janv.); rappel des conditions d’abonnement, à partir du n° 8 (16 janv.); mention "Par Camille Desmoulins, de la Société de la Révolution", à partir du n° 9 (25 janv.). Ces couvertures ont donc servi à des réimpressions tardives (fin janv. 1790 ou après).
A partir du n° 3 (12 déc.), les couvertures sont au contraire celles de la première impression; le nom de Desmoulins est suivi de "Auteur de la France libre, et du Discours de la Lanterne aux Parisiens" (n° 3-5), puis seul (n° 6-8), avant que soit signalée son appartenance à la Société de la Révolution. En bas figure la datation "L’an premier de la Liberté" (sauf le n° 6, 2 janv. 1790, "L’An second de la Liberté"), suivie du nom du président de l’Assemblée Nationale en exercice.
Une réédition moderne du journal en reprint a paru en 1980 dans les volumes 2-9 des Oeuvres de Camille Desmoulins, Kraus Reprint, Munich.
La lettre de Desmoulins à son père du 31 décembre 1789 donne quelques indications sur le nombre des souscripteurs: "Jugez du succès de mon journal. J’ai, dans la seule ville de Marseille, cent abonnés, et dans celle de Dunkerque cent quarante. Si j’avais prévu cette affluence d’abonnés, je n’aurais pas conclu avec mon libraire le marché de deux mille écus par an; il est vrai qu’il m’en promet quatre mille quand je serai arrivé à trois mille souscripteurs (tant ces libraires sont juifs!)" (Oeuvres, éd. J. Clarétie, Paris, 1874, t. p. 350).

Cote(s)

BU Lyon 31.802; BN 8° Lc2 288 et Rés. 8° Lc2 288; BHVP 8° 11480, Per. 8578; Arch. Nat. AD XXa 528; Ass. Nat. P 3589.