Aller au contenu principal

J89102

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 152-153
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur


  

Numéro

102

Type

ANN

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Titre

JOURNAL/ DES PROVINCES

Dates extrêmes

[fin mai-mi-juin 1789].

Périodicité réelle

irrégulière et inconnue (environ une fois par semaine).

Collection en 1789

Premier cahier, Du premier mai-Sixième cahier, Du 6 juin (ces dates indiquent la première information donnée et ne sont pas celles des livraisons; elles ont dû paraître du 20 mai au 15 juin environ).

Pagination

continue. Les numéros ont de 22 à 30 pages, en général 24 (151 pages en tout).

Dimensions

130x206 mm.

Nombre de pages du cahier

16 p.

Format

in-8°.

Signatures

continues.

Lieu(x) mentionné(s)

s. l. [Paris(?)].

Auteur(s)

[SOULAVIE Jean-Louis Giraud]. Annonce de L’Histoire des Etats- Généraux de l’abbé de Soulavie dans les numéros 1 et 2.

Contenu annoncé

critiquant un journal qui promet de n’ajouter "aucune réflexion" à ses comptes rendus de l’Assemblée Nationale, l’auteur écrit: "Nous prenons une obligation entièrement contraire" (n° 3). "Ce journal, dédié aux Provinces, doit servir à leur faire parvenir les lumières de la Capitale, et à leur faire partager les connaissances dont elle avait joui seule"; annonce d’analyses d’ouvrages de députés aux Etats Généraux (n° 4). "Nous écrivons pour la Province, pour des citoyens Provinciaux comme nous, qui ont l’habitude, ou la faculté de la réflexion" (n° 6).

Contenu réel

compte rendu très personnel et commenté des séances des trois ordres, réflexions sur l’actualité politique. Longs extraits analytiques et critiques d’ouvrages politiques (Sieyes, Brissot). Mélanges (anecdotes diverses).

Formes du discours

discours ferme et argumenté, et nombreuses nouvelles.

Orientation idéologique

très favorable aux "Communes" dans leur lutte contre les ordres privilégiés. Souhait d’une union du roi avec elles, seule solution possible à la crise. Elles représentent seules la Nation entière, et doivent " se constituer comme telle". Mais les Etats Généraux ne sont qu’une "aristocratie momentanée", ils ne doivent point avoir une puissance sans borne: "la suprématie absolue n’appartient qu’à la Nation". Critique des orateurs trop loquaces du Tiers, de Necker, des élections et du cahier du Tiers de Paris.

Mention(s) d’autres journaux

informations intéressantes sur les annonces de journaux (qui n’ont pas paru) au début de mai (n° 1); sur le journal de Mirabeau (n° 1, 2, 4); analyse du Mémoire aux Etats-Généraux de Brissot sur la liberté de la presse, et détails sur les mesures restrictives du gouvernement en mai (n° 5).

Cote(s)

BM Angers H. 5338; Ass. Nat. P 5. 582; BN 8° Lc2 2231 (6° cahier).