Aller au contenu principal

J89075

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 113-115
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur 


 

Numéro

075

Type

PB

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Année fin

1790

Titre

LE FURET/ PARISIEN

Epigraphe

Je dévoilerai toutes vos intrigues: tremblez (n° I). Je savais bien que je vous dévoilerais (n° II-III, X).

Dates extrêmes

[fin septembre 1789-fin janvier 1790].

Périodicité annoncée

bihebdomadaire, mardi et vendredi le matin (fin du n° X et dernier).

Périodicité réelle

très irrégulière et problématique. Le n° I a été dénoncé le septembre à l’assemblée du district des Minimes (S. Lacroix, Actes de la Commune, II, 125); Gorsas en parle comme ayant paru à la veille du 5 octobre (Courrier de Versailles et de Paris, n° 92 (8 oct.)); le n° VI évoque la loi martiale (21 oct.); le n° VIII la vente de 400 millions des biens du clergé (19 déc.) et l’affaire de Sanson (fin déc.); le n° IX est daté "Vendredi 29 janvier".

Collection en 1789

[I] (non numéroté)-X.

Pagination

par numéro (8 ou 16 pages).

Dimensions

113x175 mm.

Nombre de pages du cahier

8 p.

Format

in-8°.

Signatures

par numéro.

Lieu(x) mentionné(s)

adresse fantaisiste et satirique: "A l’Otel [sic] de Ville, chez de La Hay, Imprimeur de la Commune de Paris; par ordre des Sieurs Vauvilliers, Blondel, Vinsendon et de Joly, etc. Comp.... du Sieur Bailly. Avec L’Approbation du Sieur de La Fayette" (n° I). Avec des variantes ensuite: Bailly et La Fayette sont intervertis au n° III.

Imprimeur(s)

d’après le n° VIII (p. 15-16), s’imprimait chez Rozé, dans un local loué par le bourreau Sanson.

Auteur(s)

l’auteur se dit familier de La Fayette, et son convive ordinaire (n° IV, p. 2).

Contenu annoncé

à la fin de chaque numéro, une annonce du sujet du numéro suivant.

Contenu réel

cette "feuille" est une série de pamphlets violents; l’auteur s’adresse à un interlocuteur ("Monsieur"), il parle à la première personne, il vante volontiers sa franchise, son courage, ses "scrupules"et sa "délicatesse", le "coloris" de son style. Son éloquence est torrentueuse, violente, elle charrie l’hyperbole répétée, la dénonciation outrancière, la prédiction catastrophique.

Orientation idéologique

une des plus virulentes séries de pamphlets de la fin de 1789: dénonciation de la Commune, de Bailly, La Fayette, Necker ("infernal triumvirat"), de la Reine (Messaline), des "Etats-Généraux", de l’archevêque de Paris, des "Aristocrates du clergé", des districts, des financiers, des intendants. Dans des apostrophes aux Français, déploration de leur "aveuglement" et de leur lâcheté, appels à la vengeance et au meurtre.

Censure

selon l’auteur, son ouvrage est recherché par la police, La Fayette envoie ses "mouchards" pour arrêter les libraires qui le débitent (n° II, p. 2, note). Il était imprimé clandestinement chez Rozé (n° VIII, p. 16).

Autre

au n° II, le texte des lettres du Comte d’Artois à Necker, Bailly, La Fayette, pour leur demander de continuer à affamer Paris (on les trouve, sous une forme différente, dans l’Ami des honnêtes gens, n° I, 20 oct.).

Historique

Sur ce journal, voir Gorsas, n° 92 (8 oct.) et n° 95 (11 oct., p. 153- 155); le Rôdeur français, n° 3 (29 nov., p. 45-46); le Patriote véridique, n° I (3 déc., p. 13): le Furet, "petit ouvrage qui pue le vernis de l’aristocratie", rare à Paris, mais "il pleut" en province.

Cote(s)

BN 8° Lc2 245, 8° Lc2 245A (n° I-II, éd. différente); BHVP 604.670, 964.898, 965.075 (n° 2); Arch. Nat. AD XXA 236 (n° 1-9); Newberry FRC 5.482 (n° I-VIII).