Aller au contenu principal

J89074

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 112-&&"
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur 


 

Numéro

074

Type

JP

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Titre

LE/ FURET BRETON,/ OU LE/ NOCTAMBULE/ OBSERVATEUR

Epigraphe

Quelquefois l’un se brise où l’autre s’est sauvé,/ Et par où l’un périt un autre est conservé. CORN. CIN. Acte II, Scène I.

Indices de datation

la feuille est postérieure à la nationalisation des biens du clergé; elle est annoncée dans le Rôdeur français, n° 3 (29 nov., p. 47), comme une imitation du Furet parisien.

Dates extrêmes

[fin novembre 1789].

Périodicité annoncée

trihedbomadaire ("Je continuerai mes promenades nocturnes trois fois par semaines, si le public accueille cette feuille", p. 7).

Collection en 1789

une livraison non numérotée, sans date, 7 p.

Dimensions

130x207 mm.

Format

in-8°.

Signatures

A4.

Editeur(s)

"Chez Madame Dubois, Libraire, au cabinet Littéraire, boulevard du Temple".

Auteur(s)

DE RONAY (signature à la fin).

Contenu réel

l’auteur se donne pour un "habitant de Quimper Korantin, et brûlant de mesurer [ses] forces contre celles des aristocrates Bretons"; venu à Paris, il saisit dans ses promenades nocturnes des propos (deux filles entretenues par des abbés se plaignent du préjudice causé par le décret du 2 novembre; des promeneurs parlent de moines qui ont fait fondre leur argenterie) et trouve une lettre sur un accapareur.
De Ronay semble avoir signé d’autres "feuilles" du même type avant celle-ci. On trouve dans la Suite du spectateur... (voir le Spectateur patriotique)le désaveu d’un faux bruit qu’il a inséré le 10 octobre dans "une de [ses] feuilles" (accusation portée contre les chanoines du S. Sépulcre d’avoir fait fondre des saints d’or et d’argent).

Cote(s)

BM Nantes 93.173/ C 470.