Aller au contenu principal

J89063

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 100-101
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur


 

Numéro

063

Type

DP

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Titre

L’ESPION/ DES CAMPAGNES,/ OU/ LES VEILLEES VILLAGEOISES/ DE LA PLAINE D’IVRY./ JOURNAL DEDIE AUX HOMMES UTILES

Modification(s) du Titre

Suite de l’Espion. Journal pour les Campagnes, Dédié aux hommes utiles (Septième veillée, n° [8]).

Epigraphe

chaque numéro a une épigraphe en vers (dont des acrostiches de Louis et Paris).

Dates extrêmes

19 novembre-22 décembre 1789.

Périodicité annoncée

"tous les deux jours" (n° I); "trois fois par semaine" (n° IV). Dans la Septième veillée, l’auteur justifie l’interruption de la feuille par sa maladie, et promet de "doubler [ses] veillées" si nécessaire.

Collection en 1789

8 livraisons non numérotées: 19 novembre (sous-titrée Annonce), 21 novembre-8 décembre (Première-Sixième veillée); 22 décembre (Septième veillée). Dans la collection BN, deux tirages de la Seconde veillée, datés du 25 novembre et du 26 novembre.

Pagination

par numéro.

Dimensions

116x185 mm.

Nombre de pages du cahier

8 p.

Format

in-8°.

Signatures

par numéro (A4), la dernière livraison n’est pas signée.

Imprimeur(s)

Valleyre l’aîné; Joseph Carol, Imprimeur Patriotique, Suite, Septième veillée.

Souscription

2 l./ mois pour Paris, 3 l./ mois pour la province, chez Henry, Libraire (n° I). Chez Henry, "et chez M. Vidaillet, Hôtel de Normandie, rue de l’Hyrondelle, près le Pont S. Michel" (n° II).

Contenu annoncé

extrait de ce qu’il y a de plus piquant et de plus vrai dans "les feuilles dont Paris abonde"; compte rendu des "travaux de l’auguste Assemblée". Ouvrage consacré à la "défense de la Religion, des moeurs, de la vérité"; plaidoyer pour le "Laboureur" et "les braves gens". "Le soir, à la veillée, nous ferons la lecture, nous parlerons des affaires de l’Etat, de nos Représentai, et surtout de notre Père, de notre ami, de notre bon Louis" (n° I).

Contenu réel

les "veillées" réunissent le père Michault, le gros fermier du canton, le père Thomas, magister, et même le "bon curé" autour de l’auteur ("je"). On parle du Roi, de l’Assemblée Nationale, on se fait part de nouvelles (y compris du Brabant). Un sommaire en tête à partir du numéro IV. Dans la dernière livraison (très mal écrite et remplie de fautes typographiques) la fiction du dialogue disparaît, et fait place à un discours prolixe.

Orientation idéologique

exaltation du bonheur, de la sagesse, des bonnes moeurs des habitants de la campagne, du bon Roi, de Necker "le bon ministre"; respect pour les décrets de l’Assemblée Nationale; esprit d’union, qui n’exclut pas le curé, malgré les préventions des jeunes gens. Dénonciation continue des nouvelles "incendiaires" et "scandaleuses", des mensonges des "folliculaires", des "prétendus amis du peuple" qui sèment la discorde. Apostrophe aux Parisiens dont on a "échauffé l’imagination" et sollicité la "vengeance".

Autre

sur l’Observateur, n° II, III.

Cote(s)

BN 8° Lc2 284 (6 numéros); AR 8° Jo 20.583 (4 numéros); Ass. Nat. Ez” 8 boîte (Suite..., n° [8]).