Aller au contenu principal

J89057

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 94-96
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur


 

Numéro

057

Type

JP

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Titre

LE DENONCIATEUR/ NATIONAL

Note sur le titre

Les numéros IV, V, VII sont d’une impression différente.

Epigraphe

Exoriare aliquis ex nostris... ultor. Virg. Aeneid. (n° I-III). Tange montes, et fulmigabunt (n° IV-VII).

Dates extrêmes

[fin juin-octobre 1789J.

Périodicité annoncée

"trois fois par semaine, pendant la tenue des Etats-Généraux, et même après leur dissolution, si toutefois elle est aussi prochaine que les gens sensés semblent le prévoir" (n° I, Avis essentiel). "Après demain le n° III, et ainsi de suite sans interruption"(fin du n° II). "La suite sans interruption deux fois par semaine" (fin du n° IV). Le n° VII et dernier annonce les "numéros suivants".

Collection en 1789

n° I (intertitre: "Du 18 juin"), II, "fin juin 1789", III, sans date (fin juin), IV-VII, sans date (après le 6 octobre). "Cet ouvrage, interrompu par la révolution et les suites cruelles et perfides qu’elle a eues pour l’auteur, va reprendre son cours", n° IV, début. Le n° I porte la date "1er août" dans tous les exemplaires consultés. Dans l’exemplaire Arsenal, une écriture ancienne a corrigé "Juin".

Pagination

par numéro (numéro I, 8 pages; les autres 15 ou 16 pages).

Dimensions

122x203 mm.

Nombre de pages du cahier

16 p.

Format

in-8°.

Signatures

par numéro (A8). Mais le numéro III de l’exemplaire Sainte-Geneviève est signé C.

Souscription

"On ne reçoit point d’argent d’avance, l’Auteur n’ayant point fait une spéculation sordide et flétrissante sur le trafic honteux de la calomnie et du mensonge" (n° I, Avis essentiel).

Auteur(s)

[L’abbé de LA REYNIE] d’après Tourneux (n° 10 282, Addition p. 788). Il est plusieurs fois question de La Reynie dans le texte (n° VI, p. 5, n° VII, p. 11).

Contenu annoncé

"L’amour de la patrie, le seul amour de la patrie, et le saint enthousiasme de la liberté guideront" les pas de l’auteur. "Notre feuille n’aura rien de commun avec les recueils périodiques de calomnies que la foule enjouée s’arrache des mains, rue de l’Echelle, ni avec ces journaux de commande"... (n° I, "Avis essentiel").

Contenu réel

aucune rubrique, discours continu. Au n° VII, une lettre ("Monsieur le Dénonciateur").

Formes du discours

dans une éloquence abondante, ponctuée de "Je dénoncé" (en capitales dans les premiers numéros), l’auteur accumule les serments solennels de dire la vérité avec une "inébranlable fermeté", les défis aux "traîtres", les apostrophes aux "citoyens", à ses "frères", les appels à la vengeance, à la punition, à l’extermination, à la "lanterne". Les dénonciations visent les députés corrompus, l’archevêque de Paris et celui de Rouen, Maury, le Parlement de Paris, d’Epréménil, le complot aristocratique et parlementaire pour affamer et empoisonner le peuple, le Roi lui-même, menacé d’une révolte justifiée" (n° I-III), puis les districts remplis d’"hommes suspects", d’anciens espions de la police, la garde nationale, "armée bleue" qui trahit le peuple, les ministres, la Reine, "moderne Médicis" (n° IV-VII; le dernier numéro annonce une "liste de Mouchards en épaulettes").

Cote(s)

BN 8° Lc2 190; BHVP 25643; AR 8° Jo 20.366; Newberry FRC 5.382; Ass. Nat. Ez” 8 boîte (n° II-III); Arch. Nat. AD XXA 184 (n° VII); Sainte-Geneviève L 8° 757 57 inv. 3394 Res., pièce 10.