Aller au contenu principal

J89012

Pierre Rétat, Les Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 39-40
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur


 

Numéro

012

Type

PB

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Titre

L’APOCALYPSE/ MONACALE,/ OU/ LES MOINES,/ Tels qu’ils ont été et tels qu’ils ne/ peuvent plus être.

Modification(s) du Titre

le n° II a seulement pour titre: L'Apocalypse monacale. La livraison suivante qui n’est pas numérotée, porte ce titre: Dom Grognon, ou le Cochon de Saint Antoine à ses enfants. Pour faire suite aux deux premiers numéros de l'Apocalypse monacale ou [...].

Epigraphe

Si iniquitates observaveris... quis sustinebit? Ps 129. Si l’on envisage leurs iniquités, qui pourra les soutenir? (n° I). Revelabo pudenda tua, et in conspectu tuo requiram. Job. Je révélerai vos iniquités et je vous les reprocherai en face (n° II). Et lui mettant un capuchon ils en firent un moine. Sedaine (Dom Grognon).

Indices de datation

la lettre de Dom Grognon est datée du 8 septembre 89.

Dates extrêmes

août-début septembre 1789.

Collection en 1789

2 numéros suivis d’un troisième non numéroté.

Pagination

continue (numéro I et II).

Dimensions

120x195 mm.

Nombre de pages du cahier

8 p.

Format

in-8°.

Signatures

continues (numéros I et II).

Editeur(s)

Cressonnier, Libraire (n° I et II).

Imprimeur(s)

Grangé (n° I, II); Dom Grognon: "De l’imprimerie de la Grande Chartreuse".

Contenu annoncé

"Animé par la vérité, ne saurois-je porter son flambeau jusques dans ces repaires ténébreux, dans ces antres antiques où l’ambition et l’hypocrisie se jurèrent une union éternelle..."? Concourir à la "renovation de l’Etat" en dénonçant les abus "que la Religion abhorre et proscrit" (n° I, p. 3-4).

Contenu réel

discours assez emphatique sur les origines des ordres religieux, leur pureté première, l’hypocrisie cléricale, les querelles théologiques, le fanatisme des croisades, les crimes de religion (Henri IV tué par les jésuites). Dom Grognon est une lettre du cochon de Saint Antoine aux ordres religieux, les engageant à répandre leur pouvoir par la fourbe, contre le peuple qui se soulève.

Cote(s)

BN 8° Lc2 3927