BULLETIN DE LITTÉRATURE, DES SCIENCES ET DES ARTS

 Page en construction

Henri Duranton [09/06/2016]

Type : journal généraliste

Aire géographique : nationale

Année début : 1794

Année fin : 1796

Dates extrêmes : 1er novembre 1794 - 30 décembre 1796

Titre : Bulletin de littérature, des sciences et des arts

Précédé par : Historien de France et de l’Europe (1792) du même Jean-Claude Lucet

Poursuivi par : Bulletin de littérature, des sciences et des arts jusqu’en 1803

Epigraphe(s) : change à chaque numéro. Quelques exemples :
• « Fouettons d’un vers sanglant ces grands hommes du jour (Gilbert) »

• « Qu’un peu de vérité flotte dans un mensonge ! »

• « Comme les peuples les moins cultivés sont généralement les plus sages, ceux qui voyagent le moins voyagent le mieux. » [J.-J. Rousseau]

• « Les barbares et les esclaves détestent les sciences et détruisent les monuments des arts ; les hommes libres les aiment et les conservent. »

Indices de datation : date portée au bas de chaque numéro (calendrier révolutionnaire)

Périodicité annoncée : tous les dix jours

Périodicité réelle : irrégulière. Cf. « La perte que le citoyen Lucet éprouve sur chacun des numéros de son Bulletin l’a empêché depuis quelque temps de faire paraître cette feuille aussi souvent qu’il se l’avait proposé et que la plupart de ses souscripteurs le désirent ». De fait le Bulletin cesse pratiquement de paraître en 1795 (3 numéros seulement) et connaît encore des difficultés en 1796 (39 numéros pour l’année).

Collection : complète à la BnF, ce qu’atteste la numérotation des livraisons, suivie du n°1 à 97.

Pagination : continue

Nombre de pages du cahier : 8 (demi-cahier)

Format : in-8° en deux colonnes par page

Editeur(s) : On s’abonne chez le citoyen Lucet, rue Montmartre n°94, à Paris

Imprimeur(s) : F. Hocquet et C. Jamain (à partir du n°34). Non identifié (à partir du n°41)

Souscription : au départ, 6 liv. pour 18 numéros, 11 pour 36 et 21 pour 72. L’éditeur sera par la suite contraint de procéder à plusieurs réajustements. Par exemple dans le n°55 (31 décembre 1795) : « Jusqu’à ce jour le prix de la souscription n’a point encore égalé les frais seuls du papier qui revient actuellement à 1600 liv. la rame. ». D’où nouveaux tarifs : 7 liv. 10s pour 18 numéros, 14 pour 36 et 26 pour 72

Auteur(s) : Jean-Claude Lucet. Collaborateurs : Cusin et Labeaume selon Hatin.

Né dans une famille de Pont-de-Veyle (Ain), l’abbé Jean-Claude Lucet, est canoniste, employé avec distinction dans les bureaux de la chancellerie. Avant la Révolution, il est l'auteur de deux compilations : Pensées […] de M. Rollin (Paris, Estienne, 1780, 524 p.) et L'Esprit de Van-Espen, ou Principes du droit canonique universel (Paris, Onfroy, 1788, 812 p.). En avril-juin 1792, il publie 23 livraisons d’un premier journal, L’Historien de France et de l’Europe. En l’an II, il est incarcéré dans les prisons de Fontainebleau, où il rencontre, Antoine, ci-devant duc de Gramont. Libéré en fructidor (août 1794), Il réside à Vanvres. Il devient conseil et administrateur des biens du duc, tout en rédigeant et dirigeant le Bulletin de littérature, qui a perduré jusqu’en 1803 (après une longue interruption et après avoir été repris par J.J. Lucet). Sous le consulat, Jean-Claude Lucet publie : La Religion catholique est la seule qui soit vraie (Paris, Onfroy, 1803, 220 p.) ; L'Enseignement de l’Église catholique sur le dogme et la morale, recueilli de tous les ouvrages de M. Bossuet (Paris, Nyon, Leclere et Onfroi, 6 t.,1804) ; et un recueil périodique : Bibliothèque du catholique et de l’homme de goût (Paris, 1805-1806). À la mort du duc de Gramont, en 1801, il avait été poursuivi par la veuve. Condamné le 5 thermidor an 13 (24 juillet 1805) pour détournement et abus de confiance, il perd son appel le 1er avril 1806 (lire Plaidoyer et conclusions de M. L. G. Cahier), et se suicide sans doute peu de temps après. J.-J. Lucet (Jean-Jacques, parfois donné comme fils de Jean-Claude ?) fait paraître en 1803, une Correspondance générale des œdipes, qui réunit 296 réponses de lecteurs à une énigme parue dans le n° 40 du Bulletin de littérature, en nivôse an 11. Le volume contient également une caricature intitulée « Asinus Lucet ». [D.R.]

Contenu réel : chronique de l’actualité éditoriale. Le Bulletin de littérature  ne semble avoir été ni annoncé par un prospectus, ni justifié dans un des numéros. Un journal généraliste composé pour l’essentiel de comptes rendus dans des domaines très divers : législation, histoire, réflexion politique sur les affaires du temps, romans, poésie, spectacles, etc.

Formes du discours : pour l’essentiel comptes rendus d’ouvrage récemment parus.

Orientation idéologique : se veut impartial, ouvert à tous les courants de pensée, sauf aux extrémistes de l’époque précédente

Mentions d’autres journaux :

Courrier des enfants (longue citation du Prospectus)

• Journal d’annonces

• Journal de l’opposition de P. F. Réal

• Journal de Paris

• Journal des sciences et de législation

Gazette des nouveaux tribunaux

• Petite poste de Paris, ou le Prompt avertisseur

Auteurs cités : très nombreux. Tous ceux, ou peu s’en faut, qui ont publiés dans les domaines les plus divers, pendant le temps de vie du journal

Diffusion : inconnue, mais semble n’avoir pas atteint les objectifs que Jean-Claude Lucet lui avait assignés

Historique :

Bibliographie : Deschiens, p. 106, Hatin, Bibliographie, p. 602 ;Tourneux, III, 18043; Monglond, III, col. 561; Martin et Walter, V, 159

Cote(s) : BnF Z-21896 (numérisation Gallica)