Aller au contenu principal

J89181

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 251-255
mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur


 

Numéro

181

Type

AN

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Année fin

1791

Titre

SUITE/ DES NOUVELLES/ DE VERSAILLES,/ Du..., publiées le...

Modification(s) du Titre

pour les débuts du titre, voir la note à la fin de cet article. Assemblée Nationale, Séance et Suite des Nouvelles de Versailles, du..., publiées le... (18 août-15 octobre). Nouvelles de Paris faisant suite à celles de Versailles (16-18 octobre). Assemblée Nationale. 1ère [etc.] Séance dans la Capitale. Suite des nouvelles de Paris (19 octobre 1789-31 décembre 1790). Le législateur français, 1 janvier-8 octobre 1791.

Dates extrêmes

23 juin 1789-8 octobre 1791.

Périodicité réelle

presque quotidienne: tous les lendemains de jour d’assemblée (quelques interruptions: le 14 juill. par accident; les 15, 16 et 25 août). A partir du 29 juillet, l’heure de publication est signalée à la fin du titre: "à cinq heures du matin".

Collection en 1789

les livraisons ne sont pas numérotées en 1789, et portent une double datation, celle de la séance de l’Assemblée Nationale, et celle de la publication le lendemain. Sur la date initiale du journal, 23 juin, voir la note plus bas. Aucune tomaison. Le nombre de volumes dépend des collections.

Pagination

par livraison (7 à 8 pages).

Dimensions

107x180 mm

Nombre de pages du cahier

8 p.

Format

in-8°.

Signatures

par livraison (A4).

Editeur(s)

Lamy, Libraire (le nom du libraire apparaît très rarement; au n° du 1er août, BN 8° LC2 154 A). L’adresse de Lamy, "rue du Hurepoix, n° 24" apparaît d’abord seule à partir du numéro du 3 juillet.

Imprimeur(s)

mentions épisodiques: Volland (15 juill.), Seguy-Thiboust (25 juill.) =>, Guillaume et Volland (à partir du 30 nov., l’impression change), Guillaume junior (14 déc.) =>, "De l’imprimerie du Rédacteur" (30 déc.).
Souscription; premier appel à abonnement le 22 juillet. 5 l./ mois dans tout le royaume (12 août). 4 l./ mois pour Paris, 4 l. 10 s./ mois pour la province (13 août). 3 l./ mois pour Paris, 3 l. 12 s./ mois pour la province (30 déc.).

Permis de police

"Le Bureau de la Ville de Paris consent que les Imprimeurs de Paris impriment la Feuille des Nouvelles de Versailles[...]. A Paris, le 14 Juillet 1789. Hion, membre du Comité. De Vergne, Echevin" (n° du 15 juill.). Permis à la Poste de faire passer dans les provinces, du 1er août (1er août). Ce permis reparaît de temps en temps jusqu’à la fin de l’année.

Auteur(s)

BEAULIEU (Claude-François). La mention finale "par M. de Beaulieu" apparaît à la fin du numéro du 1er août; elle est remplacée dans les numéros des 6 et 7 août par celle d’"une société de gens de lettres", puis reparaît le 12 août. L’auteur se dit auvergnat (7 juill., p. 6).

Contenu annoncé

l’auteur s’excuse de se faire "colporteur nouvelliste", et promet d’être "simple et véridique", et "de ne rien dire qui ne pût plaire au bon Peuple Français, pour lequel nous écrivons" (27 juin). "Nous nous sommes imposés une loi de ne jamais dire, en fait de nouvelles, cela est, que nous n’ayons vu ou entendu" (7 juill.). "Aussi attentifs à détruire les nouvelles alarmantes [...] que nous voulons nous montrer actifs à publier celles qui peuvent contribuer à rétablir le calme dans le coeur des malheureux Français" (30 juill.). Apologie de la "libre véracité" dans le compte rendu de l’Assemblée Nationale (7 sept.).

Contenu réel

titre occasionnel et sommaire remarquables (voir notice). Nouvelles de Versailles, de Paris, rarement de province, sauf début août, et surtout compte rendu synthétique des séances de l’Assemblée Nationale, avec de nombreux commentaires et notations (sur l’atmosphère de l’assemblée, les partis); un essai de présentation original des débats (8 août). Peu d’anecdotes. Quelques rares intertitres: Variétés, Bienfaisance patriotique. Les récits du 14 juillet et des journées d’octobre sont relativement brefs.

Orientation idéologique

le "patriotisme" de l’auteur s’exprime parfois de façon oratoire, mais reste toujours modéré. Ses commentaires sont réservés, et révèlent une évolution dictée par l’événement (par exemple, favorable à Mounier au début de septembre, il le critiquera ensuite). Favorable à la loi martiale, craignant l”'abus de liberté" et l’insurrection, il exprime une adhésion croissante à la "minorité populaire" de l’Assemblée Nationale, à partir d’octobre et critique le décret du marc d’argent.

Censure

le journal est saisi le 10 octobre au district des Blancs-Manteaux, d’après la loi qui défend de crier les papiers publics (n° du 10 oct.). Donc le journal était crié par les colporteurs.
Les débuts du journal, comme de plusieurs feuilles nées au même moment, sont problématiques. Les collections sont lacunaires et disparates, surtout pour les premières livraisons. Rien n’atteste l’existence de Nouvelles de Versailles de Beaulieu à partir du 17 juin (Hatin), et la date de départ du Catalogue collectif (20 juin) est fautive, puisque le numéro du 20 juin en tête de BN 8° Lc2 154 est en réalité un numéro du 20 juillet: seule l’erreur typographique sur le mois l’a fait mettre à cette place, comme dans Ars. 8° Jo 20. 138 A. Il faut s’en tenir à l’affirmation de l’éditeur: "On s’abonne tous les jours pour cette feuille qui a commencé à paraître le 23 du mois dernier" (n° du 22 juill.)
Le titre Suite des Nouvelles de Versailles n’apparaît que le 27 juin. Les livraisons précédentes varient d’une collection à l’autre. Il est impossible ici d’entrer dans une description trop longue, mais nous conjecturons que la première livraison se trouve dans Arch. Nat. AD XXa 451, sous le titre: Récit de ce qui s’est passé à Versailles, et dans la Salle des Etats, le 23 juin 1789 [...]: même présentation que dans la suite du journal, accolade horizontale à la fin. Les numéros suivants jusqu’au 27 juin, se trouvent dans les exemplaires BN et Arch. Nat. sous les titres: Suite des Nouvelles d’hier, [...] Nouvelles de Versailles.
L’évolution postérieure du titre est des plus remarquables. Le syntagme Suite des nouvelles de Versailles est constant jusqu’au 19 octobre, mais il entre en composition, de manière variable, avec des titres occasionnels, à partir du 1er juillet (comme chaque n° a une double datation, celle de la séance et celle de la publication, nous avons choisi de citer toujours, y compris dans la fiche bibliographique, la première)
Tantôt le titre occasionnel précède celui du journal, et l’écrase même par le corps des capitales, tantôt il le suit. Le journal donne donc à l’événement un relief typographique privilégié, il capte la puissance d’attraction de la feuille volante, et le titre périodique tend à s’effacer dans l’espace de la page. La pagination par livraison contribue encore à inscrire le journal dans la discontinuité.
Le titre occasionnel prend l’allure d’un sommaire (à partir du 12 août), et lorsque le journal devient Assemblée Nationale [...] (18 août), le titre permanent s’installe définitivement en tête, suivi d’un sommaire que le jeu des capitales et des italiques met encore en relief, surtout à partir du 19 septembre; du 30 septembre à la mi-octobre, les sommaires sont totalement en capitales.
Les livraisons ne sont pas numérotées avant 1790. Mais l’auteur essaie d’instituer des séries en rapport avec les activités de l’Assemblée. A partir du août, le sommaire comprend régulièrement des "Pas de la Constitution": au 30 décembre, on en est au "Soixante-troisième pas de la Constitution". Lorsque l’Assemblée vient à Paris, ses séances y sont comptées dans le titre: Assemblée Nationale. 1ère séance dans la Capitale [...],et ainsi jusqu’ à la 62ème séance le 30 décembre.

Cote(s)

BN 8° Lc2 154-155, 154a (inc.); AR 8° Jo 20.138a (inc.); Arch. Nat. AD XXa 451; Ass. Nat. Ez” 8.102 (inc.); Harvard Fr 1325.851 (inc.).