Aller au contenu principal

J89096

Pierre RétatLes Journaux de 1789. Bibliographie critique, Paris, Editions du CNRS, 1988, p. 23-25

mis en ligne avec l'aimable autorisation de l'auteur 


 

Numéro

096

Type

AN

Aire géographique

PRESSE PARISIENNE

Année début

1789

Année fin

1797

Titre

JOURNAL/ DES DEBATS ET DES DECRETS

Modification(s) du Titre

au début, ce titre est précédé de: Assemblée Nationale. Journal des débats et lois du Corps législatif, à partir de prairial an V (mai 1797); etc.

Dates extrêmes

29 août 1789-19 mai 1797.

Prospectus

en tête de la collection BN, sans date, Baudouin [fin sept.?], 4 pages; un prospectus commun avec celui du Procès-verbal de l'Assemblée Nationale, 8 pages [nov. ], BN 8° Lc27 28.

Périodicité annoncée

"Tous les matins" à Paris et Versailles; on assurera "la plus prompte expédition possible" (Prospectus). "Mesures les plus précisés pour que ce Journal soit régulièrement et exactement suivi": "Il sera désormais, et invariablement, remis tous les jours, à six heures du matin, à la poste; en sorte qu’il est possible qu’à Paris il soit remis dès huit heures dans les domiciles. Pour la Province, il partira également tous les jours " (n° 76, 24 oct.).

Périodicité réelle

quasi quotidienne: les lendemains des jours d’Assemblée.

Collection en 1789

n° 1-133 (29 août-31 déc.). La datation est celle des séances de l’Assemblée Nationale. Sur la distribution chronologique des numéros, voir la note finale. Les collections sont en général précédées de 2 volumes rétrospectifs parus en 1791: Etats-Généraux ou récit de ce qui s’est passé[...\ (5 mai-17 juin); Journal des débats et des décrets ou Récit de ce qui s’est passé [...], (17 juin-1er sept.).

Collection

aucune tomaison. Coll. BN: 93 volumes jusqu’en 1797.

Pagination

par numéro (4 à 16 pages, le plus souvent 7 à 8 pages).

Dimensions

120x192 mm.

Format

in-8°.

Signatures

par numéro (A).

Editeur(s)

A Versailles, chez Baudouin, Imprimeur de l’Assemblée Nationale.

Souscription

9 l./ 2 mois pour Paris, 10 l./ 2 mois pour la province (Prospectus). 10 l./ 2 mois dans tous le royaume, "les députés et les souscripteurs du Procès-verbal ne paient que 6 liv. " (n° 37, 23 sept.). 9 l./ 2 mois pour Paris, 10 l./ 2 mois pour la province (n° 76, 24 oct.). 13 l. 10 s./ trimestre pour Paris, 15 l./ trimestre pour la province, 9 l./ trimestre pour les députés et les souscripteurs du procès-verbal (n° 116, 10 déc., pour janvier).

Auteur(s)

GAULTIER DE BIAUZAT, HUGUET et GRENIER, députés d’Auvergne. Voir Francisque Mège, Gaultier de Biauzat, député du Tiers-Etat aux Etats-Généraux de 1789. Sa vie et sa correspondance (Paris 1890, 2 vol.).

Contenu annoncé

compte rendu des délibérations et décrets de l’Assemblée Nationale. "Il ne laissera rien à désirer s’il réunit à la plus grande célérité, l’impartialité la plus absolue et l’exactitude la plus scrupuleuse"... "Notre ambition, serait satisfaite si ce journal pouvoit justifier la confiance de MM. les députés et leur tenir lieu d’une correspondance" pénible (Prospectus).

Contenu réel

procès-verbal sec, au présent, et plus souvent au passé composé; résumé des opinions et citations assez brèves au discours direct. Volonté constante d’occulter les tensions et les crises: le traitement des séances des 5 et 6 octobre est à cet égard caricatural et rend l’événement incom préhensible.

Libraire(s)

publicité pour tout ce qu’édite Baudouin; en particulier L’Etat nominatif des pensions.

Historique

La répartition des livraisons est curieuse: au début, chaque journée de l’Assemblée est traitée en deux numéros, l’un pour la séance du matin, l’autre pour celle du soir, avec mention de l’heure d’ouverture. A partir du n° 19, on trouve des numéros qui traitent l’une et l’autre, puis s’installe une alternance régulière entre numéros pour les deux séances d’une journée (12 ou 16 p.), et pour une des séances (7 à 8 p.). On peut penser que cette multiplication des numéros était destinée à accélérer la distribution du journal, en particulier dans les provinces.
Le livre de F. Mège donne des renseignements précieux sur les origines du journal, précédé (puis doublé) par la correspondance manuscrite de Biauzat avec le Comité de Correspondance puis le Comité permanent de Clermont, et par des numéros imprimés sans titre régulier qui n’ont pas été retrouvés, sur les arrangements avec l’éditeur Baudoin et l’envoi gratis du journal dans les villes d’Auvergne sauf Riom, ville de Malouet (t. I, p. 66-73, t. I, p. 266-267). Le journal manuscrit des Etats Généraux, envoyé par Biauzat à ses commettants, éclaire une des préoccupations essentielles du journal: ne pas alarmer les provinces. Biauzat y exprime, dans des lettres confidentielles, ses inquiétudes, les idées "qui ne pouvaient pas entrer dans les numéros imprimés", au moment des crises (n° LI, 1er sept., t. II, p. 269-270; n° LV, 6 oct., t. II, p. 281-286). On se reportera à la notice du Procès-verbal de l'Assemblée Nationale.

Cote(s)

BM Lyon 378.489; BN 8° Lc2 147.